PEUT ON FAIRE CONFIANCE AUX GUERISSEURS?

Le milieu médical, même si ce recours n’est pas véritablement officialisé, fait souvent confiance à la pratique thérapeutique non conventionnelle de certains guérisseurs. Une émission de télévision, sur une grande chaîne, a même évoqué le fonctionnement d’une clinique intégrant cette médecine alternative, notamment en ce qui concerne les effets secondaires de la radiothérapie…
À toutes les époques et dans toutes les cultures, lorsque la thérapeutique officielle a atteint ses limites, des malades ont consulté des guérisseurs et ce, quelle que soit leur condition sociale. On sait aussi aujourd’hui que des médecins n’hésitent pas, même s’ils ne peuvent pas donner d’explication rationnelle, à saluer les mérites de certains de ces thérapeutes étonnants. Bien évidemment, le charlatanisme existe comme partout mais il ne s’agit pas d’en faire une généralité…
Des révélateurs
Le métier de guérisseur ne s’apprend pas. La plupart de ces professionnels réalisent à un moment de leur vie qu’ils sont dépositaires d’un don. Véritables canaux d’énergie divine, ils sont plutôt croyants et n’exigent aucune rétribution, si ce n’est parfois ce que le consultant veut bien leur donner. Il semble que la foi joue un grand rôle dans le processus de guérison. L’ancienne tradition du chamanisme, redécouverte de nos jours, comporte sa part de croyances. Cependant, une question se pose : et si le guérisseur n’était in fine qu’un révélateur de notre propre pouvoir de guérison ?
Au-delà du physique…
Un bon guérisseur se défend de faire des miracles. Il présente l’avantage de ne pas condamner irrémédiablement, redonnant de l’espoir aux plus désespérés, ce qui leur permet paradoxalement d’accepter la maladie avec plus de sérénité et quelquefois de les soulager. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir pourrait être leur credo. Le docteur Jeanine Fontaine, ancien chef d’un service d’anesthésie, à la suite de la maladie incurable de sa mère, n’a pas hésité à aller aux Philippines enquêter sur les fameux guérisseurs. Même si elle n’a pas pu sauver sa parente, ce médecin en est revenu transformé et persuadé qu’au-delà de la médecine rationaliste qui ne traite que le corps, il existe une médecine de l’esprit : certains malades guérissent, d’autres pas, chacun ayant sa propre destinée, le plus important étant la guérison de l’âme
Des énergies subtiles
Dans son ouvrage « Rencontre avec des guérisseurs remarquables », Alexandre Grigoriantz donne la parole à Jean-Jacques, l’un de ces thérapeutes : Entre mon être intérieur et celui de la personne en face de moi, il se produit une étrange connexion qui me permet de voir le film de sa vie ou de parfois entendre des voix qui me disent des choses sur elle… Mais que l’on se rassure, après la séance j’efface tout de mon esprit. En général, j’oublie 80 % de ce que l’on m’a confié ou que j’ai perçu. Cependant, poursuit le guérisseur, si le patient veut entrer dans le détail d’une chose qu’il a vue ou ressentie, alors nous en parlons. C’est lui qui décide… Dans ce témoignage, il est fait allusion à des énergies subtiles, abstraites, qui ramènent aux découvertes freudiennes dans le sens où, indépendamment de la vie consciente, il existe une vie inconsciente beaucoup plus vaste. Les guérisseurs auraient-ils empiriquement accès à ce monde ? Les psychanalystes ne parlent-ils pas de communication d’inconscient à inconscient ? Aussi aurions-nous tort de nous méfier de ces honnêtes sujets, qu’on les appelle guérisseurs, rebouteux ou leveurs de feu ? Dans la mesure où ils ne revendiquent aucune exclusivité ni certitude, ils interrogent de manière salutaire et avec humilité un monde hyper rationaliste qui pourrait avoir atteint ses limites…

Nadine Landeau

Comments are closed.