Les bonnes raisons de faire confiance à un médium – médiumnité

« L’unique privilège que la médiumnité confère au médium est celui de servir » : voilà un principe déontologique résumant l’état d’esprit dans lequel ce professionnel est tenu de recevoir ses consultants. L’humilité reste donc une qualité essentielle pour qui a vocation d’aider son prochain grâce à une discipline dont l’éthique se réfère à une véritable conscience spirituelle.
La communication médiumnique dépasse la réalité du temps et de l’espace. Ainsi, le monde de l’au-delà fait partie du champ de perception du médium. S’il lui arrive de percevoir les vibrations de défunts, tel n’est pas le but premier de ce spécialiste qui cherche avant tout à éclairer le quotidien de ses consultants. Afin d’affiner ses perceptions, un médium utilise également des supports de voyance tels que l’Oracle de Belline ou le Tarot.
Une vocation singulière
Si médiumnité et rationalisme ne font pas toujours bon ménage, il n’empêche que la médiumnité, tout comme d’autres approches psychologiques, ne croit pas au hasard et adhère à la phrase du célèbre savant Albert Einstein qui affirme que la fatalité n’existe pas, c’est le Jeu de Dieu pour voyager incognito dans l’Univers… De fait, elle suppose de la part du praticien une sensibilité empreinte d’un altruisme authentique. L’occultiste Allan Kardec, auteur du “ Livre des médiums », n’hésitait pas à parler de « ministère » quant à la pratique de cette méthode. Autant dire que la notion de vocation, même singulière, y est première. Ce qui d’ailleurs se justifie dans la mesure où s’adresser à un médium, c’est aussi livrer une partie de son vécu intime.
Des clés pour se construire
La qualité de la relation entre le médium et son consultant est primordiale, sans la confiance de la personne qui vient  voir un médium ou  téléphone à un médium, on ne peux pas grand-chose. La séance est réellement basée sur un échange subtil d’énergie. Il s’agit en fait d’une communication d’inconscient à inconscient qui permet au médium de visualiser des images qu’il interprète comme autant de clés qu’il met au service de la construction d’un chemin de vie. Cette interprétation est laissée au libre arbitre de son interlocuteur, un médium n’agissant en aucune manière comme un directeur d’âme.
Pourquoi consulter ?
Les motivations qui poussent à consulter un médium sont nombreuses. Certains, par exemple, à la suite de la perte douloureuse d’un être cher, souhaitent trouver un sens à ce décès. C’est dans ce domaine que le médium peut aider à un travail de deuil. D’après ceux qui ont expérimenté ce type de séance, les révélations apparaissent étonnantes mais le plus important reste le soulagement éprouvé par le consultant qui peut continuer à avancer sans que la tristesse et la culpabilité n’assombrissent son existence. Un médium intervient également dans des périodes de doute ou de mal-être, pour contribuer à effectuer un choix, surmonter un obstacle sentimental ou professionnel.

Claire Lartigue

Comments are closed.