L’AMOUR INCONDITIONNEL EXISTE-IL ?

Il y a ceux qui soulignent que l’amour inconditionnel est le sentiment le plus pur et le plus noble qui existe. C’est aimer sans rien attendre en retour, c’est aimer avec chacun de nos sens, de nos fibres et des particules de notre être. C’est aussi apprécier l’autre pour ce qu’il est, quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise. Et ce, même quand cette personne n’est pas à nos côtés.

Herman Hesse a dit que celui qui sait aimer finira toujours par gagner dans la vie. L’amour inconditionnel n’est-il pas une pratique exemplaire du bon amour ? La vérité est qu’il n’y a pas de réponse exacte et éclairante sur cet aspect, mais il y a quelques réflexions qui méritent d’être prises en compte.

Tout d’abord, il est très probable que plus d’un diront que l’établissement d’une relation basée sur une passion inconditionnelle a des conséquences dangereuses. Parce qu’un amour sans limites et sans conditions, comme nous le savons bien, finit dans la plupart des cas par franchir cette ligne dans laquelle les identités et l’estime de soi sont blessées.

Pour autant, il y en aura beaucoup qui affirmeront catégoriquement qu’une affection profonde, authentique et sans condition, c’est ce que nous établissons avec nos enfants. Cependant, que se passe-t-il lorsque nous avons devant nous un enfant narcissique qui, en plus de l’amour, revendique des caprices et des privilèges en dépit de nous traiter avec tyrannie et manque de respect ?

La psychologie émotionnelle nous propose de différencier deux réalités très concrètes à ce sujet. Nous devons faire la différence entre l’amour en tant que sentiment et l’amour en tant que scénario relationnel. Une chose est de vouloir et l’autre est de vivre avec celui ou celle qu’on aime. Approfondissons ce sujet plus en détail ci-dessous.

« L’amour inconditionnel existe vraiment en chacun de nous. Il fait partie de notre moi le plus profond. Ce n’est pas une émotion active mais une façon d’être. Ce n’est pas un « je t’aime » pour telle ou telle raison, ce n’est pas un « je t’aime si tu m’aimes ». C’est un amour sans raison, c’est un amour sans objet. »

-Ram Dass-

L'amour inconditionnel entre une mère et son enfant

Amour inconditionnel et relations avec les conditionneurs

Est-il possible de jouir d’un amour inconditionnel ? La réponse est oui, mais évidemment, il faut d’abord en comprendre les nuances.

Pour ce faire, il n’y a rien de mieux que de recourir aux neurosciences pour découvrir quelque chose qui pourrait en surprendre plus d’un : notre cerveau est conçu pour aimer sans condition.

Le cerveau et l’amour inconditionnel

Les docteurs Mario Beauregard et Jérôme Courtemanche, de l’Université de Montréal (Canada), ont mené une étude intéressante à cet égard. Ils ont découvert que l’amour inconditionnel partage les mêmes mécanismes neuronaux que les processus de dépendance. Celui-ci est régi par un mécanisme de récompense régi par la dopamine, la sérotonine, la norépinéphrine, l’oxytocine et la vasopressine.

L’amour inconditionnel est en fait semblable à l’amour romantique. Il y a un mélange de passion absolue, de dévouement, d’attachement et d’affection intense. D’une façon ou d’une autre, notre cerveau serait conçu pour vivre des amours aussi intenses. Mais notre partie la plus rationnelle nous oblige à fixer des limites.

L’amour est une chose et les relations en sont une autre.

L’amour inconditionnel ne cesse pourtant pas d’être un sentiment. Pour autant, au-delà de cet univers, se trouvent les relations humaines.

Comme nous le savons bien, dans une relation de couple, l’amour n’est pas toujours tout. Peu importe à quel point deux personnes peuvent s’aimer, si leur communication est défectueuse, s’il n’y a pas de réciprocité, d’empathie ou de respect, leur relation ne fonctionnera pas.

Sans aucun doute, tout cela crée des situations aussi contradictoires que douloureuses. On peut aimer profondément, mais en même temps comprendre que la coexistence est impossible.

Je t’aime inconditionnellement, mais je sais que je dois te laisser partir

Nous pouvons aimer quelqu’un sans limites et sans condition. C’est une réalité incontestable. Il y a des amours qui font mal, ce sont celles où l’on prend conscience que l’on a une passion aveugle pour quelqu’un qui ne nous convient pas. Nous le savons et c’est pourquoi nous le laissons partir. Pour notre propre bien, pour notre propre équilibre psychologique.

Ainsi, dans ces situations, il y a encore une réalité qui peut parle à beaucoup de gens : malgré le fait d’avoir quitté une relation et d’avoir gagné avec elle en bien être et en estime de soi, l’amour inconditionnel pour cette personne existe toujours comme tel. Parce que, comme on peut le constater, les sentiments prévalent parfois même si la relation n’existe plus.

Un couple en crise

L’amour a besoin de limites et de conditions pour être sain.

Les limites, au-delà de ce que l’on peut penser, sont hygiéniques, saines et même puissantes. Il est vrai que nous avons souvent peur d’elles et qu’il est difficile de les fixer autour de nous. Pour autant, ce sont des barrières informatives qui oxygènent les relations, qui améliorent la coexistence et nous permettent d’être heureux.

L’amour inconditionnel en tant que sentiment, est réel, nous le savons. Cependant, il doit être sculpté de façon artisanale pour l’adapter à notre relation, pour lui faire comprendre qu’en matière d’affection, des limites et des conditions sont nécessaires. Et cela vaut également pour l’éducation et l’instruction.

Nous pouvons aimer nos enfants comme ils le méritent : infiniment, profondément et passionnément. Toutefois, cela ne signifie pas du tout qu’un enfant doit tenir pour acquis qu’il peut agir comme il l’entend. Il ne doit pas considérer que le chantage, les demandes excessives et les violations sont autorisés. Parce que dans les relations interpersonnelles, on ne peut pas tout accepter, même si l’amour existe. Parce qu’en vivant ensemble, il y a des règles et des barrières à respecter, même si l’affection est toujours là, prête à abriter et à cajoler.

La parabole de l’arbre qui ne savait pas qui il était

La parabole de l’arbre qui ne savait pas qui il était est une belle histoire qui nous rappelle que chaque être est unique.

Source: Nos Pensées.fr http://www.alexia-conseil.fr

Comments are closed.