Avoir un don de voyance n’est pas suffisant pour être voyant

Si toutes les activités ésotériques ne nécessitent pas de don particulier comme l’astrologie ou encore la numérologie, certaines en revanche en demandent un, comme la voyance, la médiumnité ou encore la radiesthésie.
Beaucoup pensent avoir un don, certains l’ont réellement et le développent par leur travail. C’est seulement parmi ces derniers que nous trouverons les meilleurs praticiens. Les autres essaieront bien sûr, mais ils arrêteront faute de résultats probants.
Parallèlement, ce don demande de la maîtrise. Trop de fragilité et trop de soucis à gérer dans sa vie de tous les jours empêcheront cette maîtrise.
Enfin, utiliser ce don pour aider les autres peut vite devenir un calvaire.
Nous voyons trois questions complémentaires qu’il est important de vous poser, pour la bonne réussite de votre projet :
– Avoir un don et le savoir.
– Le travailler et se former pour le développer et le maîtriser afin d’en tirer le maximum.
– Se sentir la force d’aider des personnes en souffrance pour ne pas s’affaiblir des problèmes des autres et devoir abandonner, faute d’énergie.
Avoir un don et le savoir
Nous sommes tous capables de ressentir l’avenir et de recevoir des messages sans en connaître la provenance, ou encore de soulager une personne qui souffre en posant ses mains sur elle, mais est-ce un don très puissant ou juste de petites vibrations partagées par tous les terriens ?
Pour avoir demandé à beaucoup de vrais voyants, médiums ou guérisseurs, il en ressort quelques vérités :
– Pour chaque personne, c’est différent, il y a autant de nuances de dons que de personnes qui en ont ! Cela veut aussi dire qu’il ne faut pas juger trop vite une personne qui déclare avoir un don, sans en avoir cherché les plus petites subtilités.
– Toutes ont ressenti ce don très jeune, car si don il y a, il est généralement reçu à la naissance.
– Ce n’est pas vous qui devez vous apercevoir en premier que vous avez un don car, pour vous, il est naturel, mais les personnes de votre entourage car, pour elles justement, ce n’est pas naturel. Vous ne devez pas vous dire « J’ai un don, je le sais » Bien au contraire on doit vous dire « C’est fabuleux, comment as-tu fais cela ? » …
– C’est spectaculaire, ça doit sauter aux yeux de vos proches.
Vous avez vécu cela ? Alors vous pouvez passer à l’étape suivante, qui vaut pour toutes les activités ésotériques : la formation et le travail.
Travailler et se former
Nous pouvons comparer l’ésotérisme à la musique. Un grand compositeur peut certes avoir un don pour composer un opéra, mais il devra avant toute chose apprendre la musique au conservatoire pendant des années et ensuite travailler, travailler et encore travailler pour arriver à créer son chef-d’œuvre.
Vous savez que vous avez un don : A vous de choisir son support de prédilection, comme un musicien choisit son instrument et se forme à l’utiliser.
Après avoir appris les bases auprès d’un professeur que vous aurez choisi avec soin pour que le courant passe bien entre vous, vous devrez vous entraîner avec vos proches pour que le support disparaisse au profit de votre don. Le support ne doit être qu’un guide à vos ressentis et ne doit jamais prendre le dessus. Pour y arriver, il vous faudra sans doute des centaines de consultations étalées au fil des années, exactement comme le pianiste qui joue un air sans se poser la question sur quelles touches il devra poser ses doigts pour que seul son talent s’exprime.
Être prêt à aider les autres
En règle générale, pratiquer son don a un but , celui d’aider les autres.
Que ce soit en répondant à des questions sur leur avenir ou les soulager d’un mal ou encore les dégager de quelque chose, il faut à un moment ou à un autre prendre le stress du consultant et savoir ne pas le garder.
Beaucoup de personnes n’osent pas faire de consultation car elles n’en ressentent pas la force. C’est pour cette raison qu’il est indispensable de s’entraîner avec des amis dans un premier temps, car si vous devez effectuer 200 consultations dans le mois, du jour au lendemain, cela sera tout bonnement impossible, c’est l’épuisement assuré.
De même, si vous traversez une période difficile dans votre vie personnelle (sentimentalement ou médicalement parlant) il faut d’abord penser à vous sortir de cette mauvaise passe avant de vous lancer dans une aventure qui sera forcément épuisante au début.
Mieux vaut reculer son projet d’un ou deux ans et être bien dans sa peau avant de se lancer.

Comments are closed.