DES MOMENTS SANS ‘ NE….PAS’

Enfants, nous nous sommes souvent entendu dire : tu ne dois pas….. Ne fais pas se désordre… ne mets pas chaussures ici!…. Ne manque pas le bus !…..etc.

Les négations et les interdictions n’en finissaient pas – que de ‘ne fais pas ci’, ‘ne fais pas ça’ !

Devenus adultes, comment nous parlons-nous ?

Voici un exercice amusant que je vous propose de faire si vous travaillez avec d’autres personnes.

Prenez la décision dans votre groupe que chaque jour, pendant une semaine, vous vous parlerez durant un court moment sans utiliser les mots ‘ne….pas’

Exemple : chaque jour de dix heures moins vingt à dix heure (commencez par vingt minutes) toutes les communications doivent se faire sans recourir au mot ‘ne pas’. Vous allez vous amuser. Vous rirez les uns des autres, en cherchant des paraphrases abracadabrantes.

Au début, vous devrez beaucoup vous concentrer.

Déterminez donc un moment quotidien sans ‘ne ….pas’. Au bout de quelques semaines, vous rajouterez peut-être un autre moment comme celui-ci dans l’après-midi. Puis vous pouvez étendre la durée de ces moments. Parler sans utiliser ‘ ne ….pas’. Vous constaterez des différences. Vous vous sentirez mieux.

Notez que je ne dis pas qu’il est mauvais ou interdit d’utiliser ‘ ne ….pas’. Ce que je dis est que des choses merveilleuses commencent à se produire en vous et autour de vous lorsque vous économiserez ces mots, lorsque vous cherchez d’autres formes d’expression. Et c’est amusant. Vous allez y parvenir de mieux en mieux. Faites- en l’expérience !

Il est utile de savoir que les phrases contenant ‘ ne ….pas’ nous influencent de façon précise.

Prenons un exemple concret avec un enfant. Il est excellent car évident. Vous trouverez des exemples similaires pour les adultes.

Exemple : vous êtes avec un enfant de quatre ou cinq ans qui apprend à faire du vélo. Vous vous trouvez sur une petite route de campagne. Non loin de vous, un peu sur le côté, se trouve un trou dans la route. Vous êtes derrière l’enfant, vous tenez la selle et vous vous apprêtez à le laisser s’élancer. Vous criez à l’enfant dans l’oreille : ‘ Ne va pas dans ce trou là – bas ! Tu vois bien qu’il y a un trou devant toi : alors, pour l’amour de Dieu, ne va pas de ce côté-là !’

Vous lâcher le vélo et l’enfant zigzague puis – BOUM ! – droit dans le trou ! Vous l’aviez pourtant bien prévenu !

Peut- on comprendre comment cela s’est produit ? Bien entendu.

Notre subconscient n’enregistre pas le mot ‘ ne…pas’.

Notre subconscient n’enregistre, ne comprend, que des images.

Le subconscient se sert d’images. Lorsque vous dites ‘ Ne va pas dans ce trou ! , quelle image l’enfant va t-il créer dans son subconscient ?

Dans le subconscient de l’enfant va se transformer une image de lui- même tombant dans le trou. Et c’est le subconscient qui contrôle les muscles. Notre message au subconscient de l’enfant est donc : ‘ Va dans le trou !’.Il n’existe pas d’image signifiant ‘ ne pas aller dans le trou’.

Il serait sans doute mieux de lui dire : ‘ je vais te lâcher. Tu vas rouler au milieu de la route. Tu vas pédaler droit devant toi. Bonne chance !’

On peut toujours trouver une image positive.

Entraînez-vous et aidez-vous les uns les autres à créer des images ‘ lumineuses’ comme celle-ci. Elles provoquent un sentiment de joie et sont plus faciles à saisir. Le subconscient se remplira d’images puissantes et affirmatives qui coloreront toute chose.

Comme je l’ai déjà dit, vous rirez des efforts que vous serez obligé de faire pour reformuler ce que vous voulez dire. Puis vous découvrirez un jour que vous communiquez naturellement

Au moyen d’images positives et constructives. Et que vous vous portez bien mieux.

Votre entourage en bénéficiera aussi.

Extrait de : Aucune rencontre n’arrive par hasard, Kay Pollak , jouvence éditions

Comments are closed.